Skip to content

‚De Temps en temps‘ – von der Zeit zum Wetter

Gemeinplätze ‚guten Lebensʻ in Flauberts ‚Bouvard et Pécuchet‘ (1881)

Kirsten von Hagen


Pages 257 - 273



L’article examine le dernier roman de Flaubert, ‚Bouvard et Pécuchet‘, sous l’angle de la ‚vie bonne‘ à laquelle aspirent les deux protagonistes et des idées reçues, que Flaubert recueille également dans son ‚Dictionnaire des idées reçues‘. Le phénomène du temps (en tenant compte des différents sens de ce mot) joue un rôle important ainsi que la structure temporelle cyclique du roman, qui est étroitement liée à l’échec des protagonistes dans leurs entreprises ainsi qu’à une nouvelle pensée économique du XIXe siècle. La force de la littérature et de l’imagination littéraire est soulignée par la mise en abyme d’une esthétique de la pure collecte et de la remise en scène du savoir, qui ne ressemble finalement – sans la force créatrice de l’auteur – qu’à une collection d’idées reçues. Enfin, l’expérience de pensée est soulignée en tant qu’archive, qui perpétue la spéculation sur la capacité de former et de jouer les différents modèles de vie de l’époque.

Share


Export Citation